À propos

Première femme à avoir étudié la philosophie à l'université de Gakushuin, musicienne expérimentale proche de John Cage et La Monte Young, une des premières artistes conceptuelles et performeuses, Yoko Ono (90 ans aujourd'hui) est pourtant souvent réduite, dans l'inconscient collectif et plus vivement encore dans l'esprit des fans des Beatles, à celle qui aurait séparé John Lennon de Paul McCartney.

Elle a eu l'art de dépasser les limites - imposées par ses origines japonaises et aristocratiques, son sexe, la doxa artistique, son âge... - avec énergie et détermination.

Des « instructions » à la musique pop en passant par les bed-ins avec Lennon, Camille Viéville fait surgir une Ono tour à tour musicienne, artiste, féministe, activiste, rockeuse, dont l'oeuvre a marqué l'histoire de l'art.


Rayons : Arts et spectacles > Musique > Biographies / Monographies


  • Auteur(s)

    Camille Viéville

  • Éditeur

    Les Peregrines

  • Distributeur

    Harmonia Mundi

  • Date de parution

    01/03/2024

  • Collection

    Icones

  • EAN

    9791025206249

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    160 Pages

  • Longueur

    18 cm

  • Largeur

    13 cm

  • Épaisseur

    1 cm

  • Poids

    164 g

  • Support principal

    Grand format

Infos supplémentaires : Broché  

Camille Viéville

Camille Viéville, docteur en histoire de l'art contemporain, est l'auteur d'une monographie sur Balthus et le portrait (Paris, Flammarion, 2011, préface de Jean Clair). Elle est spécialiste de l'histoire du portrait (« Vision d'égotisme. L'autoportrait chez Balthus », Balthus 100e anniversaire, martigny, Fondation Gianadda, 2008 ; « Genres détournés. Le portrait nu dans la peinture féministe des années 1960-1970 », Corridor, n° 3, 2009 ; « Géographiede la douleur. Figuration et défigurations sous Weimar », Roven, nov. 2012 ; « Balthus et les poètes : sur un portrait oublié de Jean de Bosschère », Confluências, n° 21, déc. 2012 ;« Pulsions. Réflexions sur le portrait de commande chez Balthus », Balthus, Rome, Villa médicis, scuderie del Quirinale, 2015).

empty